Juris Association Magazine
Jurisassociations
Jurisport – RJES
Juristourisme
Dalloz Revues
Droit et Fiscalité des Associations
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Dalloz Bibliothèque
Formation Associations Fondations
Droit et fiscalité
Comptabilité et finance
Management et ressources humaines
Santé et médico-social
Sport, culture et animation
Tourisme et loisirs
Stratégie et développement
Formations UMA
Communication
Formations intra
Catalogue
Accueil > La tribune



Reconnaissons l’engagement des jeunes ! par Béatrice Angrand, Présidente de l’Agence du service civique depuis le 27 mars 2019 - 23/05/2019



Avec 1,5 million d’associations et 22 millions de bénévoles, nous disposons, en France, d’un immense écosystème citoyen (V. Tchernonog, L. Prouteau, Le Paysage associatif français – Mesures et évolutions, 3e éd., Juris éditions – Dalloz, mai 2019). Sans cet engagement, notre pays n’aurait pas le même visage. Les associations irriguent notre territoire, rendent l’économie plus humaine et notre société plus solidaire. Elles sont une école de la citoyenneté et de la démocratie pour chacun d’entre nous, notamment les plus jeunes. Les études en attestent : ces derniers tirent la progression de l’engagement associatif (enquêtes France bénévolat – IFOP).

Cette dynamique, nous l’observons à l’Agence du Service Civique : les volontaires étaient 92 000 en 2016, 123 000 en 2017 et plus de 140 000 en 2018 à donner de leur temps au service des autres. D’année en année, l’attractivité du service civique ne se dément pas : nous enregistrons plus de jeunes désireux de s’engager que nous n’avons de moyens disponibles. À mesure que la défiance à l’égard des modes de représentation grandit, progresse l’aspiration à davantage de participation citoyenne et démocratique. On le voit avec les mobilisations pour le climat : les jeunes appellent à des actions immédiates, veulent changer leur environnement et améliorer leur quotidien. Cette génération veut agir et être utile collectivement. Elle en a le pouvoir pour peu qu’elle soit accompagnée et soutenue.

Avec les trois programmes que pilote l’Agence du service civique (Erasmus+ jeunesse et sport, le corps européen de solidarité et le service civique), en lien avec les responsables associatifs et les collectivités, nous sommes en première ligne pour permettre à la jeunesse de trouver un sens à son puissant désir d’agir. Renforcer la dimension européenne de notre action sera un marqueur pour les prochaines années. En permettant des rencontres et des réalisations inédites, au-delà des barrières économiques, culturelles, sociales ou géographiques, nous ancrerons par un projet concret l’Europe dans le quotidien des jeunes.

Mais il persiste encore des freins à l’engagement. Les lever est l’une des missions que nous nous sommes assignées. Et nous y parvenons progressivement : ayant en moyenne 21 ans, à 13 % originaires des quartiers prioritaires de la ville et à plus de 40 % ayant un niveau bac, les volontaires en service civique sont à l’image de leur génération. En s’engageant entre six et douze mois en service civique ou dans un projet de solidarité ou de mobilité européenne, ils vont vivre une aventure unique (v. JA 2019, no 598, p. 50). Ils apprendront à se connaître et à s’enrichir de leurs différences. Ils apporteront une réponse concrète à de grands besoins sociaux, développeront leurs compétences et renforceront leur confiance en eux.

Le service civique n’est pas uniquement un levier de citoyenneté ; c’est aussi un moyen de mieux s’insérer professionnellement. C’est le sens que nous donnons aux actions engagées avec nos entreprises partenaires au travers du club de valorisation. Celles-ci ont en effet signé le 23 avril dernier une charte d’engagement visant à reconnaître le service civique comme une voie d’apprentissage et d’orientation possible et un levier d’employabilité. C’est aussi notre volonté de renforcer l’accompagnement et la qualité des missions en faisant de l’encadrement et du tutorat une priorité. Avoir effectué un service civique donne alors des capacités d’initiative ou des aptitudes à évoluer dans un collectif, autant de « savoir-être » que nous devons mieux faire connaître.

Volontaires en service civique ou en corps européen de solidarité, mais aussi bénévoles associatifs, pompiers volontaires, réservistes… leur temps, leur énergie et leurs compétences sont un bien commun à cultiver.


Toutes les Tribunes



Actualité Juridique, Fiscale et Sociale




> Nous connaître
Qui sommes-nous ?
Références
Partenaires
Accès clients

> Se former
Action sociale
Droit et fiscalité
Comptabilité et finance
Management et ressources humaines
Santé et médico-social
Sport, culture et animation
Tourisme et loisirs
Stratégie et développement
Formations UMA
Communication
Formation sur mesure
> S’informer
Actualités juridiques
Jurisassociations
Jurisport – RJES
Juristourisme
Juris art etc.
> Se documenter
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Documents gratuits