Juris Association Magazine
Jurisassociations
Jurisport
Juristourisme
Dalloz Revues
Droit et Fiscalité des Associations
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Dalloz Bibliothèque
Formation Associations Fondations
Administration & fonctionnement
Financements
Gestion & comptabilité
Fiscalité
Restructurations
Action sociale
Marchés publics
Accueil > La tribune



Préservons l’avenir du bénévolat en France ! par Marie-Claire Martel et Jean-François Naton du Conseil économique, social et environnemental (CESE) - 15/09/2022



Contrairement aux idées reçues, la France n’est pas un pays en repli en matière de bénévolat : près de 22 millions de personnes âgées de 18 ans et plus sont engagées au sein d’une association, d’un syndicat, d’une mutuelle ou encore d’un parti politique. Si la crise sanitaire a révélé le rôle crucial des bénévoles et des structures de bénévolat en renforçant et réactivant de nombreux liens d’entraide, elle a surtout mis en lumière le rôle fondamental de l’engagement citoyen par le bénévolat dans notre société.

Cependant, une difficulté majeure et croissante s’impose aujourd’hui, qui est celle de renouveler les responsables des structures : 30 % d’entre eux, parmi les plus âgés et les plus expérimentés, ont cessé définitivement leur activité pendant la crise sanitaire, contre 10 % en temps normal. Il y a donc urgence à redynamiser le bénévolat, à reconnaître son utilité afin de susciter un nouvel élan chez tous les bénévoles et ceux qui aspirent à l’être.

C’est pour répondre à ce contexte que le Conseil économique, social et environnemental (CESE), chambre de la société civile organisée, a souhaité se saisir de la question du bénévolat dans un avis adopté le 28 juin 2022 (« Engagement bénévole, cohésion sociale et citoyenneté », JA 2022, no 663, p. 10). Pour le CESE, il est d’abord essentiel que soit mieux prise en compte l’étendue des domaines d’intervention du bénévolat en le redéfinissant comme étant « l’action de la personne qui s’engage librement, sur son temps personnel, pour mener une action non rémunérée en direction d’autrui, ou au bénéfice d’une cause ou d’un intérêt collectif ».

Partant de ce nouveau regard, plus fidèle à la réalité de l’engagement bénévole, le CESE a formulé un ensemble de préconisations visant à renforcer la place et la reconnaissance du bénévolat en France, à mieux former les bénévoles et leur permettre d’inscrire pleinement cet engagement dans un parcours de vie en donnant à chacun la possibilité et la liberté d’être bénévole et visant au renforcement du droit intersyndical. Le CESE exclut par ailleurs la contrainte de l’exercice du bénévolat en contrepartie du versement de minima sociaux. Pour sécuriser les responsables associatifs suite à la promulgation de la loi confortant le respect des principes de la République (L. no 2021-1109 du 24 août 2021, JO du 25), il préconise que le recours possible au Défenseur des droits soit obligatoirement proposé en cas de demande de remboursement d’une subvention pour non-respect du contrat d’engagement républicain (CER).

D’autre part, les bénévoles ayant participé aux travaux du CESE ont insisté sur la nécessité d’urgence de mieux reconnaître de façon collective et individuelle les bénévoles. Cette reconnaissance passe pour eux inévitablement par le financement du fonctionnement des associations et des projets associatifs en premier lieu.

Enfin, les compétences des bénévoles doivent être davantage reconnues et valorisées dans leur parcours de vie, et la mesure du bénévolat, de ses impacts à court terme et de ses effets à long terme doit être améliorée. Pour cela, le CESE préconise dans son avis d’élaborer un programme de recherche sur les effets du bénévolat aussi bien sur les bénévoles que sur la société afin qu’il soit mieux pris en compte dans la définition et la mise en œuvre des politiques publiques.

Le don de leur temps par les bénévoles représente une richesse inestimable, indispensable à la solidarité et à la cohésion sociale. Il est crucial de définir de nouvelles politiques publiques pour la préserver et renforcer l’effectivité du droit d’association.


Toutes les Tribunes



Actualité Juridique, Fiscale et Sociale




> Nous connaître
Qui sommes-nous ?
Références
Partenaires
Accès clients

> Se former
Action sociale
Droit et fiscalité
Comptabilité et finance
Management et ressources humaines
Santé et médico-social
Sport, culture et animation
Tourisme et loisirs
Stratégie et développement
Communication
Formation sur mesure
> S’informer
Actualités juridiques
Jurisassociations
Jurisport
Juristourisme
Juris art etc.
Open Lefebvre Dalloz
> Se documenter
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Documents gratuits