Juris Association Magazine
Jurisassociations
Jurisport – RJES
Juristourisme
Dalloz Revues
Droit et Fiscalité des Associations
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Dalloz Bibliothèque
Formation Associations Fondations
Droit et fiscalité
Comptabilité et finance
Management et ressources humaines
Santé et médico-social
Sport, culture et animation
Tourisme et loisirs
Stratégie et développement
Communication
Formations intra
Catalogue
Accueil > Actualité Le Smic est revalorisé de 2,2 % au 1er octobre 2021



Social | Rémunération

23/09/2021
Le Smic est revalorisé de 2,2 % au 1er octobre 2021

10,48 euros de l’heure au lieu de 10,25 euros : tel est le nouveau montant du salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) pour les périodes d’emploi débutant au 1er octobre 2021.
Au début de l’année, compte tenu du contexte économique, la revalorisation du Smic a été cantonnée à l’augmentation automatique (donc minimale), aucun « coup de pouce » n’ayant pu être accordé par le gouvernement. Au 1er octobre 2021, en raison de l’inflation, le Smic sera revalorisé de 2,2 %.

Le Smic est donc porté à partir de cette date à 10,48 euros bruts de l’heure au lieu de 10,25 euros pour les périodes d’emploi se terminant le 30 septembre 2021. Ce montant est valable en métropole, en Guadeloupe, Guyane et Martinique, à La Réunion, Saint-Barthélémy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon (7,91 euros à Mayotte au lieu de 7,74 euros).

Rapporté au mois, sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires, le montant brut du Smic est de 1 589,47 euros (1 199,08 euros à Mayotte).

Le montant du minimum garanti, pris en compte pour l’évaluation des avantages en nature, est porté à 3,73 euros.

Outre les conséquences sur le calcul de la paie, des cotisations et contributions sociales, des salaires des apprentis ou des titulaires d’un contrat de professionnalisation, des seuils d’exonérations divers et de plafonnements tels que celui du salaire de référence pour le calcul des indemnités journalières versées par la sécurité sociale en cas de maladie, la revalorisation du Smic a des impacts concernant plus spécifiquement les associations, qu’elles soient employeur ou non.

En premier lieu, s’agissant du caractère désintéressé de la gestion de l’association, la rémunération brute mensuelle totale octroyée au dirigeant ne doit pas excéder les ¾ du Smic mensuel, soit la somme de 1 192,10 euros bruts par mois pour les périodes de rémunération courant à partir du 1er octobre 2021.

Dans le cadre de l’activité partielle et de l’activité partielle de longue durée (APLD), le seuil de 4,5 Smic servant de plafond dans le calcul de l’allocation versée à l’employeur s’établira à 47,16 euros (taux horaire).

Pour les salariés non cadres qui ont conclu une convention de forfait annuel en jours, la rémunération est majorée de 15 % du Smic soit pour l’année 2021 :
[(1 554,58 x 9) + (1 589,47 x 3)] x 0,15 = 2 813,94 euros

Pour les stages, elle impacte le montant de l’exonération d’impôt sur le revenu du stagiaire ou du parent auquel il est fiscalement rattaché, dont la limite est le Smic annuel :
[(1 554,58 x 9) + (1 589,47 x 3)] = 18 759 euros en 2021.

La revalorisation du Smic a des conséquences sur le seuil minimum de cotisations pour valider un trimestre de retraite, fixé à 150 fois le Smic soit à partir du 1er octobre 2021, 1 572 euros. Elle a également un impact sur l’exonération concernant les chèques vacances : sous réserve du respect de certaines conditions, la participation de l’employeur n’est pas soumise à cotisations et contributions sociales, à l’exception de la CSG et de la CRDS. L’exonération s’applique alors dans la limite de 30 % du Smic brut mensuel par an et par salarié, soit 468,98 euros en 2021 (18 759/12x0,30).

Dans le secteur de l’animation, le montant du Smic influence le montant de la rémunération minimale pouvant être versée à un animateur de centre de vacances et de loisirs (CVL) pour jeunes et adultes handicapés, qui ne peut être inférieure à 2,2 fois le Smic par jour, soit 23,06 euros. Il a également un impact sur les bases forfaitaires des cotisations de sécurité sociale pour les salariés des associations agréées au titre de la jeunesse et de l’éducation populaire qui exercent une activité accessoire n’excédant pas 480 heures par an : la base forfaitaire est fixée pour chaque heure de travail à une fois la valeur du Smic en vigueur au 1er janvier de chaque année, soit à 10,25 euros en 2021.

Dans celui de la culture, le Smic impacte la base des cotisations de sécurité sociale des acteurs de complément engagés à la journée, calculées sur une base forfaitaire de 9 fois la valeur du Smic soit 94,32 euros en 2021.

Dans le sport, ce sont les bases forfaitaires applicables aux sportifs, aux entraîneurs et aux éducateurs qui sont concernées, le seuil de franchise se situant à 115 fois le Smic horaire soit 1 205,20 euros à partir du 1er octobre 2021.
DC
Source :
Ministère du Travail, communiqué de presse du 15 septembre 2021




Actualité Juridique, Fiscale et Sociale




> Nous connaître
Qui sommes-nous ?
Références
Partenaires
Accès clients

> Se former
Action sociale
Droit et fiscalité
Comptabilité et finance
Management et ressources humaines
Santé et médico-social
Sport, culture et animation
Tourisme et loisirs
Stratégie et développement
Communication
Formation sur mesure
> S’informer
Actualités juridiques
Jurisassociations
Jurisport – RJES
Juristourisme
Juris art etc.
> Se documenter
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Documents gratuits