Juris Association Magazine
Jurisassociations
Jurisport – RJES
Juristourisme
Dalloz Revues
Droit et Fiscalité des Associations
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Dalloz Bibliothèque
Formation Associations Fondations
Droit et fiscalité
Comptabilité et finance
Management et ressources humaines
Santé et médico-social
Sport, culture et animation
Tourisme et loisirs
Stratégie et développement
Communication
Formations intra
Catalogue
Accueil > Actualité L’ESS, un secteur où il fait (encore) bon travailler



Social | Emploi et chômage

18/06/2020
L’ESS, un secteur où il fait (encore) bon travailler

La qualité de vie au travail (QVT) "désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui permettent de concilier amélioration des conditions de travail pour les salariés et performance globale des établissements" (ministère de la Santé et des Solidarités). Si la notion de QVT est aujourd’hui largement connue et utilisée, elle reste un concept récent que des initiatives comme celle de la mutuelle Chorum ont contribué à faire émerger.

En effet, depuis 2014, Chorum mesure tous les trois ans le ressenti des salariés et des dirigeants de l’économie sociale et solidaire (ESS) au sujet de leur QVT. Ce baromètre est réalisé avec l’appui de l’institut de sondage CSA et le soutien d’organisations employeurs et salariés de l’ESS, de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) et du secrétariat d’État à l’Économie sociale. En 2016, après la première édition, Brigitte Lesot, alors directrice générale de la mutuelle, constatait que ce baromètre avait "largement contribué à sortir ce sujet de sa confidentialité, à faciliter son émergence dans le débat public et à impulser des dynamiques sectorielles et territoriales" (JA 2016, n° 532, p. 14 ; v. égal. JA 2014, n° 495, p. 13 et JA 2017, n° 559, p. 17).

La première édition du baromètre, en 2014, était axée sur les risques psychosociaux et leur prévention ; la deuxième édition, en 2017, apportait des éléments s’agissant des impacts des restructurations, et plus précisément des fusions et des regroupements entre structures. Le troisième opus, en 2020, met en lumière les situations de travail ressenties et la manière dont elles évoluent.

Indicateurs globaux

Courant novembre 2019, 5 467 salariés et dirigeants se sont exprimés sur leur ressenti au travail au travers d’une enquête en ligne. Comme pour la précédente édition, 77 % sont des femmes et l’âge moyen des répondants est d’un peu moins de 46 ans. Ils sont majoritairement embauchés à durée indéterminée (91 %). Près d’un tiers sont des cadres (29 %).

La perception de la qualité de vie au travail des salariés de l’ESS s’améliore très légèrement (6,2/10 contre 6,1/10 en 2017). Le résultat est moins performant du côté des dirigeants, qui voit sa note moyenne descendre de manière linéaire depuis 2014 : 7,4/10, puis 7,2/10 et, enfin, 7/10 en 2020. Les dirigeants sont plus satisfaits de leur travail actuel que les salariés. Cependant, même si la tendance est inchangée depuis 2014, l’indice de satisfaction a plus diminué chez les dirigeants (91 %, 89 % puis 86 %) que chez les salariés (77 %, 71 %, remonté à 74 % en 2020).

Un sentiment mitigé

Si la majorité recommande sa structure comme un endroit où il fait bon travailler (64 % chez les salariés, 89 % chez les dirigeants), presque tous se sentent utiles (respectivement 85 % et 96 %), reconnus et respectés par les bénéficiaires, le public, les adhérents, les clients. Dans ces conditions, les trois quarts jugent l’ambiance de travail bonne (et même 79 % chez les dirigeants).

Paradoxalement, un sentiment de dégradation de la QVT persiste pour 47 % des salariés et 37 % des dirigeants. En cause : la charge de travail, jugée excessive (50 %), et l’hyperconnexion (77 %), mais aussi les indications contradictoires pour 38 % des salariés et 22 % des dirigeants. Un sentiment d’être maltraitant est également en hausse (29 % pour les salariés, 19 % chez les dirigeants) dont le corollaire, la peur de l’agression, suit la même progression. Les changements d’organisation sont également source de malaises, plus de la moitié des personnes interrogées estimant ne pas avoir reçu d’informations claires et suffisantes.

Si l’ensemble des informations a été collecté avant la crise sanitaire, les questions de QVT et d’organisation du travail sont toujours d’actualité à l’heure où s’ouvre la semaine pour la qualité de vie au travail 2020 "spéciale : 1res leçons d’une crise", organisée par l’Anact (du 15 au 19 juin 2020 ; renseignements : https://www.anact.fr).
Delphine Castel
Source :
Chrorum, 3e baromètre national : qualité de vie au travail dans l’ESS – Synthèse 2020 des résultats, mai 2020




Actualité Juridique, Fiscale et Sociale




> Nous connaître
Qui sommes-nous ?
Références
Partenaires
Accès clients

> Se former
Action sociale
Droit et fiscalité
Comptabilité et finance
Management et ressources humaines
Santé et médico-social
Sport, culture et animation
Tourisme et loisirs
Stratégie et développement
Communication
Formation sur mesure
> S’informer
Actualités juridiques
Jurisassociations
Jurisport – RJES
Juristourisme
Juris art etc.
> Se documenter
Droit & Fiscalité
Gestion & Finance
Social & RH
Économie & Sociologie
Documents gratuits